elsia

Des nouvelles de moi, de ce que je fais, de ce que je vois et qui *ring a bell*

21/02/11

Il était une fois une alouette appelée Nora...

Arte+7 permet en ce moment pour encore 6 jours de voir gratuitement la Maison de poupée d'Ibsen dans la mise en scène mélo-dramatiquement flamboyante et très forte de la compagnie Mabou Mines. Mabou Mines est une compagnie new-yorkaise de théâtre d'avant-garde, ce qui est évident dès les premières secondes. Autant dire que l'épure et le dénuement fréquemment associés aux mise-en-scènes européennes d'Ibsen ne sont ici pas de mise, le fameux préjugé européen sur l'ascétisme de décor allant avec le théâtre scandinave est ravalé à son... [Lire la suite]
Posté par elsia à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14/12/10

Regardez bien en face : c'est ainsi que les femmes meurent.

Le rouge de la honte à ses joues, de la honte, de la terreur aussi, la fine barrière de larmes dans ces yeux. C'est à cette fine barrière que je l'ai reconnue. Femme entre toutes les femmes, enfin : toutes les féminités ne sont pas conquérantes, c'est écrit dans ses yeux. Demi-nue. Mise à nu. Mise à prix. Mise en expôt.Mise en pâture.Comme presque mise à mort. L'insécurité du corps en plein jour, sous les yeux qui dépouillent,sans aucune main tendue. De tous, de toutes, peut-être la plus humble, la plus discrète, gênée,... [Lire la suite]
Posté par elsia à 00:19 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28/10/10

"Frères, croyez en moi qui ne respire plus par moi-même, même si ça ne se voit pas."

J'ai une fascination totale et absolue pour Valère Novarina, je dis "fascination" et pas "admiration" parce que la différence est importante, la paralysie sur-réelle qui supplante les hautes qualités estimées. J'en ai déjà parlé ici, puis là, et là, et c'est tout naturellement ses mots qui ont inauguré alibsia. Ces mots sont comme mon évangile contemporain, là où trouve nourriture spirituelle l'agnostique pour qui l'homme, le Jean Singulier, est le seul point tangible et en même temps étranger, inconnu,... [Lire la suite]
Posté par elsia à 22:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17/10/10

Le-synthé-est-votre-ami (si, si, je vous jure !), Sophie Muller aussi

J'en ai déjà parlé, mais 80's revival quoi !Entre le thin white duke (1976, ok bon on peu dire début 80's) et le-synthé-est-mon-ami.. comment vous dire... je dirais que quelque chose est dans l'air... et peut-être pour Brandon Flowers, la meilleure vidéo de Sophie Muller depuis un certain temps (mais quand on pense à celles de "Murder on the dance floor" pour Sophie Ellis-Bextor, ou, plus récemment, du si controversé "Not ready to make nice" des Dixies Chiks, ou plus anciennement du "Try" de Nelly... [Lire la suite]
Posté par elsia à 02:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21/09/10

envy en apothéose

le son comme une fleur qui s'épanouirait progressivement, peu à peu, chaque seconde de plus comme un pas non pas vers le mur, mais comme un coup, un coup de poing dans le cercueil, une poignée de terre après l'autre, vers la lumière du jourquoiqu'on en dise, c'est exactement le genre de musique où je me sens profondément en sécurité, qui me réconforte et me rassure, le battement comme le cœur, vibrations en échos de l'intérieur et cette marche vers l'apothéose, vers les mots, vers le livre même. le départ se fait loin, profondément... [Lire la suite]
Posté par elsia à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30/07/10

"Would you stay, knowing that life will always be a little bit worse ?"

"Quand il rentrait, cette odeur odeur étrangère dans leur lit. Dans leur intimité. Mer, sueur et parfum mêlés. Ces marques sur la peau. Quand elle le découvre, comme toujours, il quitte la pièce. Plus que des indices, elle a des preuves. Notes d'hôtel, chambre double, billets d'avion. Destinations dites "de rêve". Mensonges. Désolation. Mettre un nom sur les choses. Savoir. Comprendre. Même si le cœur s'arrête. Savoir pour comprendre. Se sentir tout au bord de mourir. Évacuer sa vie par tous les pores de sa peau. Ce... [Lire la suite]
Posté par elsia à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04/07/10

la partie lumineuse et la pesanteur obscure

"La liberté platonicienne de l'esprit n'autorise aucun jugement de totalité ; elle arrache la partie lumineuse du tableau divin à la moitié obscure. Cette liberté est pour une bonne part un phénomène culturel ; elle est la noble préoccupation de tout heureux athénien à qui il avait été donné de ne pas n'être ilote. Celui-là seul peut s'élever au-dessus de la nature pour qui un autre supporte le poids de la terre. Comment Platon aurait-il philosophé s'il avait été son propre esclave domestique ? Qu'aurait enseigné le rabbi Jésus... [Lire la suite]
Posté par elsia à 09:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23/06/10

ça passe bien

Leur musique est bien en soi, mais je viens de découvrir que leurs vidéos sont démentielles en fait... des gens cool en somme (presque même trop cool pour être honnêtes ^v^) OK Go - This Too Shall Pass from OK Go on Vimeo. Elles sont TOUTES bien. C'est imparable. Et dire que j'ai écouté tant de temps sans voir !
Posté par elsia à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20/06/10

Sur l'idée d'un théâtre documentaire...

On m'a parlé il y a peu de "théâtre documentaire", de l'envie d'un "théâtre documentaire"... Construction/reconstruction d'éléments épars autour de cette idée flottante dans l'air. Réflexion en cours, jalons. Théâtre "humain" Denis Lachaud, Ma forêt fantôme : scène 2, acte II, litanie des médecins, entrecoupées de souvenirs personnels et anecdotes de rue, ou bien est-ce l'appréhension de l'ampleur comme de la particularité de la pandémie qui s'entrecoupe de celle des effets secondaires... [Lire la suite]
Posté par elsia à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07/06/10

Préparer sa fuite... ou s'en laisser surprendre

La première incursion connue de la Belgique dans ma vie d'adulte a été la musique de Girls in Hawaï. C'était il y a un temps certain déjà, le premier album que j'ai acheté à cause de sa pochette, il y en aurait bien d'autres mais à l'époque c'était une transgression, rencontre par hasard, dans un Strasbourg sur le point de devenir du passé. Un album écouté d'abord dans les dernières semaines d'une chambre minuscule, d'un blanc absolu, l'esprit tendu vers un but qui lui aussi était sur le point de devenir du passé, une autre vie.... [Lire la suite]
Posté par elsia à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]